Copines matures en chaleur se lĂąchent en exhib

Matures en chaleur se lĂąchent

C’Ă©tait l’idĂ©e de Françoise de se rĂ©unir avec les « filles » pour un week-end Ă  leur ancienne fac. En plus de vĂ©rifier quelques vieux repaires, il Ă©tait central pour rĂ©unir les quatre femmes, qui Ă©taient maintenant dans la quarantaine et le dĂ©but de la cinquantaine. Françoise, prof de fac, Ă©tait Ă©nervĂ©e contre son mari. Rien ne menaçait vraiment le mariage, mais elle sentait qu’elle avait besoin de s’Ă©loigner de lui et de se lĂącher un peu. Prendre du recul ( avant de prendre un amant et surement tomber dans l’adultĂšre ). Murielle et VĂ©ronique, toutes deux enseignantes au primaire, se portaient relativement bien dans leur mariage, elles Ă©taient plus qu’heureuses et Ă©panouies. 4 femmes mures dans la force de l’Ăąge Ă  la croisĂ©e des chemins.

Se retrouver et faire la fĂȘte pour se soulager du stress de la vie familiale et de leur job, le temps d’un week-end avec leurs vieilles potes d’universitĂ©. Mathilde, la seule Ă  renoncer Ă  l’enseignement et Ă  entrer dans le monde des affaires, rencontrait des difficultĂ©s de couple et Ă©tait heureuse de s’Ă©vader pour un week-end.

Petit apéro pour parler sexe et se chauffer avant une nuit de folie

Les quatre femmes ont rĂ©servĂ© une chambre d’hĂŽtel loin du campus et se sont immĂ©diatement rencontrĂ©es dans le lobby pour prendre l’apĂ©ro. BientĂŽt, la conversation s’est portĂ©e de sexe, alors que les quatre Ă©pouses, mĂšres et femmes de carriĂšre mataient le barman, avec l’oeil de la chaudasse mature qui n’a pas baisĂ© depuis des mois. D’autres clients masculins et des employĂ©s d’hĂŽtel jeunes faisaient partie de leur appĂ©tit dĂ©goulinant d’envie. MenĂ©es par Françoise et Mathilde, toujours les deux plus folles ( on les appelait les chattes en chaleur Ă  la fac 😘 ), les verres s’enchainaient et l’atmosphĂšre se chargeait de luxure. C’Ă©tait parti pour une nuit de folie, Ă  pas se prendre la tĂȘte.

« HĂ©, on pourrait encore choper des mec, on est encore bien pour des femmes matures! » Françoise a proclamĂ©, gonflant l’ego des autres. Et elle avait raison. Les quatre femmes Ă©taient toujours attirantes et sexy, au top de leur forme physique. Chacune avait pris soin de bien se coiffer, de se maquiller, de se parer de bijoux et de vĂȘtements suggestifs. Et chacune avait quelque chose de diffĂ©rent visuellement Ă  offrir.

Murielle Ă©tait la plus exubĂ©rante, allumeuse ( et salope ) du groupe, une grande brune, n’avait certes plus la silhouette de stripteaseuse aguichante qu’elle avait avant d’avoir des enfants. Cependant avec son joli visage, ses cheveux Ă©lĂ©gamment taquinĂ©s qui tombaient Ă  plusieurs centimĂštres de ses Ă©paules, ses jambes incroyablement longues et de gros seins seins bonnet D qui ont grossi aprĂšs avoir eu des enfants, un ventre et des fesses qui avaient vĂ©cu les vestiges du temps. Elle portait un pull serrĂ© et fin rentrĂ© dans son jean moulant qui confĂ©rait Ă  son entrejambe une allure de « cameltoe« .

Françoise était presque aussi plantureuse que Murielle, mais pas aussi grande. Ses cheveux blonds étaient longs et épais. Et son jean et son pull à col roulé étaient également serrés.

Mathilde Ă©tait blonde, mais un peu plus Ă©lancĂ©e et fine que Françoise. Ses cheveux Ă©taient coupĂ©s courts et ses seins en bonnet B habillaient une silhouette ajustĂ©e. Mathilde portait maintenant des lunettes ovales cerclĂ©es de fil tout le temps. Son haut descendait presque jusqu’Ă  son soutien-gorge, et son jean prĂ©-dĂ©lavĂ© coiffait un joli cul.

VĂ©ronique Ă©tait une belle brune mature dont les cheveux  se dĂ©ployaient en boucles sous ses Ă©paules. Elle avait la mĂȘme taille que Mathilde, et avait de petits seins, un fait dont elle n’Ă©tait pas sĂ»re depuis toujours. Mais VĂ©ronique Ă©tait celle qui attirait le plus, et sa silhouette Ă©lancĂ©e et ferme n’Ă©tait pas si diffĂ©rente de ses annĂ©es d’universitĂ©. Elle portait Ă©galement un jean moulant et son soutien-gorge rembourrĂ© Ă©tait visible Ă  travers son pull blanc. Une pure MILF comme on en voit sur les sites porno comme PureMature.com.

« Allons en ville« , ordonna Françoise à haute voix. « Il se passe rien ici.. »

« Que veux-tu faire ? » demanda Murielle.

« Allez quelque part oĂč il y a de jeunes Ă©tudiants ! » rĂ©pondit Françoise. « Mais Mathilde doit conduire. Le reste d’entre nous a des familiales, et je ne roule pas en Renault Espace ce soir ! »

Les quatre mature en chaleur, Ă©mĂ©chĂ©es sont montĂ©es dans le 4×4 de Mathilde et ont commencĂ© Ă  se diriger vers le centre-ville. En chemin, ils ont fait un dĂ©tour par leur ancien campus. C’Ă©tait la premiĂšre chaude soirĂ©e du printemps, et Kim avait sa fenĂȘtre baissĂ©e de quelques centimĂštres, quand elle a repĂ©rĂ© une voiture de jeunes mecs d’universitĂ© sur la voie Ă  sa gauche. Alors qu’ils s’approchaient Ă  quelques centimĂštres, Mathilde a vu un garçon la regarder et a criĂ©: « Salut, les garçons« , Ă  travers la fenĂȘtre. Les quatre garçons regardĂšrent Kim souriante.

Flash boob et exhib de seins pour chauffer les mecs

« Montre leur tes seins Mathilde ! đŸ˜Â Â» Françoise a commandĂ© du cĂŽtĂ© passager arriĂšre. Sans y rĂ©flĂ©chir Ă  deux fois, Kim attrapa le haut de son chemisier en coton et, d’un seul coup, abaissa son haut et son bonnet de soutien-gorge gauche, exposant tout son sein gauche. La femme saoule pressa sa poitrine nue contre la vitre, tandis que les jeunes de la voiture voisine regardaient sa poitrine aplatiĂ© contre la vitre. Les garçons ont hallucinĂ©, comme les femmes ont Ă©clatĂ© de cris et de rires. Le feu est devenu vert et, avec la circulation venant de l’arriĂšre, Kim a remontĂ© son haut et s’est Ă©loignĂ©e, perdant les garçons. VĂ©ronique et Murielle ne pouvaient pas croire que Kim avait fait sa mature exhib pour draguer des mecs qui avaient surement plus de 20 ans de moins qu’elles, mais Françoise a ri et a hurlĂ©.

Pour un maximum de plaisir, matez ces photos de femme mature nue en chaleur qui rappellent nos 4 femmes en chaleur. Elle aime s’exhiber, se chauffer, se masturber, s’enjailler avant de rencontrer des mecs en soirĂ©e. 

Plusieurs pĂątĂ©s de maisons plus loin, Françoise a repĂ©rĂ© de jolis garçons d’universitĂ© rassemblĂ©s sur le trottoir. « Faites le tour du pĂątĂ© de maisons, je vais montrer mes nichons ces gars-là« , commanda Françoise. Mathilde a fait une sĂ©rie de virages Ă  droite et s’approchait lentement du groupe Ă  nouveau. Françoise baissa sa fenĂȘtre aux deux tiers du chemin et releva son pull pour exposer son ventre. Lorsque le 4X4 Ă©tait Ă  quelques mĂštres des garçons, Mathilde l’a arrĂȘtĂ©. Françoise a criĂ©: « HĂ© les gars, ça va ? » Quand les garçons ont levĂ© les yeux sur Françoise, elle a accrochĂ© ses doigts autour de l’ourlet de son pull ainsi que du bas de ses bonnets de soutien-gorge, et s’est relevĂ©e. Ses gros seins tombĂšrent, et Françoise se cambra le dos et les sortit par la fenĂȘtre. Ses seins pendaient et au-dessus de la fenĂȘtre alors qu’elle les secouait. Les garçons ont d’abord regardĂ© les yeux Ă©carquillĂ©s 😳 , puis ont souri et applaudi aux seins de la femme blonde plus ĂągĂ©e souriante suspendue au-dessus de la fenĂȘtre.

*****

Ambiance de folie au bar et concours de t-shirts mouillés

Les copines matures sont arrivĂ©es et se sont garĂ©es au centre-ville sans autre Ă©vĂ©nement. Ils se dirigĂšrent vers un grand bar qui Ă©tait l’un de leurs lieux de rencontre dans le temps. Il Ă©tait toujours lĂ , mais c’Ă©tait maintenant un CafĂ© Oz. Le bar avait Ă©tĂ© agrandi et Ă©tait rempli de centaines de clients, pour la plupart des garçons entre 19 et 25 ans. Françoise s’Ă©tait demandĂ© pourquoi elle avait tant de mal Ă  rĂ©server une chambre d’hĂŽtel, et elle a finalement dĂ©couvert pourquoi : Il y avait un tournoi de foot en ville, et l’Ă©quipe locale jouait pour la premiĂšre place en ce moment mĂȘme. Une douzaine de grands et petits Ă©crans de tĂ©lĂ©vision diffusait le match. Les copines ont achetĂ© de l’alcool et ont trouvĂ© un coin prĂšs du bar pour se poser tranquilles.

Tout en buvant leurs boissons, les femmes riaient bruyamment et dĂ©briefaient des exhib sauvages de Mathilde et Françoise sur le trajet. À quelques mĂštres, se trouvait un homme d’une trentaine d’annĂ©es nommĂ© Laurent Monnier. Avec lui, un homme d’une vingtaine d’annĂ©es nommĂ© Philippe. Laurent et Philippe Ă©taient venus au bar pour un repĂ©rage et « chasser de la meuf ».

La nuit suivante, il devait y avoir un concours de t-shirts mouillĂ©s, et ils allaient prendre des vidĂ©os des jeunes Ă©tudiantes qui concourraient au concours afin de les intĂ©grer sur leur site porno amateur. Laurent Ă©tait le propriĂ©taire d’une petite sociĂ©tĂ© de production et Philippe Ă©tait son camĂ©raman. Philippe avait sa camĂ©ra vidĂ©o posĂ©e sur le sol Ă  cĂŽtĂ© de lui. Plus tard, il allait prendre des photos pour des Ă©clairages de test et des scĂšnes de foule, et si une salope de la face voulait poser pour lui, il serait prĂȘt pour ça aussi.

Laurent a entendu les femmes mures raconter leurs histoires d’exhib et les a abordĂ©es. Non, elles sont trop vieilles pour sa vidĂ©o, c’Ă©tait sa premiĂšre remarque. Mais plus il les regardait, plus il se rendait compte qu’il s’agissait de jolies femmes plus ĂągĂ©es, encore sexy, fraiches et surtout … en chaleur. Pendant que le reste de la foule Ă©tait occupĂ© Ă  regarder le match, pourquoi ne pas les approcher, pensa le businessman.

Laurent a achetĂ© quatre biĂšres et les a apportĂ©es aux copines toutes excitĂ©es. « Bonjour, je suis Laurent. Je n’ai pas pu m’empĂȘcher d’Ă©couter vos conversations. Mon ami Philippe et moi sommes en train de tourner une petite vidĂ©o amateur pour notre propre plaisir, et je pensais que ce serait gĂ©nial de vous faire contribuer vos talents. »

« Quels talents? » demanda Mathilde.

« Il veut dire votre penchant pour l’exhibitonnisme« , rĂ©pondit VĂ©ronique.

« Oh, » dit Mathilde en riant. « Je ne pense pas. »

« Et toi? « Laurent a demandé à Françoise. « Vous venez de le faire gratuitement, le feriez-vous pour trois cents euros ? »

« On peut voir l’argent« , fut la rĂ©ponse de Françoise.

Laurent a sorti des billets de 50 de son portefeuille. Françoise a juste souri et a commencĂ© Ă  attraper son pull. – Non, juste une minute, dit Laurent.

Philippe a rapidement prĂ©parĂ© son appareil photo. Françoise a dit Ă  ses amies de se rassembler autour d’elle, pour que les autres clients du bar ne la voient pas et ne commencent pas Ă  venir se rincer l’oeil. Lorsque la lumiĂšre rouge de l’appareil photo s’est allumĂ©e, Laurent a demandĂ© Ă  la MILF : « Quel est ton nom ? »

« Françoise. »

« Est-ce que j’ai ta permission pour filmer tes seins ? »

« Oui« , a ri Françoise.

« Que diriez-vous de vous les filles. Je peux vous filmer ? »

« Bien sûr« , gloussÚrent les filles.

« OK, chĂ©rie » dit Laurent. Avec cela, Françoise a de nouveau soulevĂ© son pull et ses gros nichons de son soutien-gorge, et la camĂ©ra a capturĂ© ses gros seins ronds et blancs tombant de son soutien-gorge. Françoise a criĂ© et a secouĂ© ses seins devant la camĂ©ra avec un grand sourire ivre sur son visage. Les autres filles se moquĂšrent d’elle alors qu’elle jetait sa poitrine dehors. Quand elle a finalement baissĂ© son pull, Philippe a Ă©teint la camĂ©ra.

Laurent a remercié les femmes et a donné à Françoise son argent. Ensuite, il a acheté deux séries de shots pour chaque dame, et les a fait venir.

Laurent a disparu dans la foule, alors que les femmes se montraient de beaux mĂąles Ă©tudiants. Enfin, le match de foot qui s’est terminĂ© avec la victoire de l’Ă©quipe locale. La foule Ă©tait en liesse et bruyante. La musique jouait fort et les filles ont commencĂ© Ă  danser avec elles-mĂȘmes. Une poignĂ©e d’Ă©tudiants ivres a commencĂ© Ă  remarquer les femmes et ont commencĂ© Ă  danser avec elles. Les quatre dames en chaleur dansaient follement, sautaient de haut en bas et remuaient leurs hanches dehors. AprĂšs un certain temps, et encore quelques coups de feu, une chanson lente a jouĂ©, et plusieurs garçons ont attrapĂ© les femmes et ont dansĂ© lentement avec elles. Françoise posa sa tĂȘte sur l’Ă©paule de son partenaire et ne s’y opposa pas quand il passa ses mains sur son gros cul et le serra pendant qu’ils dansaient. En fait, Françoise se pencha et tĂąta les fesses ciselĂ©es du jeune mec.

Laurent s’approcha Ă  nouveau de Françoise et des autres, et tendit une petite chemise blanche qui disait: « Club des coquines » en petites lettres le long du haut. « Les filles, voudriez-vous chacune en avoir un ? »

« Oh, oui, j’aime ça! »dit Mathilde. « A combien sont-ils ? »

« Vous ne pouvez pas les acheter. Mais vous pouvez les gagner. Tu vois, il va y avoir un concours de t-shirts mouillés ici demain, mais je viens de parler au barman, et il a dit que si tu veux, tu peux les mettre ce soir. »

« Un concours de t-shirts mouillés ? » demanda Murielle.

Certains des Ă©tudiants ont entendu la proposition. « Ouais, fais-le, fais-le. » BientĂŽt, une douzaine de garçons entouraient les quatre femmes, scandant et hurlant pour qu’elles montent au bar revĂȘtus des t-shirts blancs. »

« Allez, allons-y », cria Françoise aux autres. Mathilde a accepté, mais Murielle et Véronique étaient réticentes. « Allez, on va tous le faire!  » Françoise a commandé.

Laurent a pris trois autres t-shirts et les a remis Ă  chaque fille. Françoise a demandĂ© aux trois autres copines de l’entourer, et elle s’est agenouillĂ©e par terre, a rapidement dĂ©collĂ© son pull et son soutien-gorge, et a enfilĂ© le t-shirt Ă©triquĂ©e en coton blanc Ă  bretelles. Mathilde a changĂ© ensuite, puis VĂ©ronique aux petits seins, suivie de Murielle aux gros seins.

Laurent a rĂ©cupĂ©rĂ© leurs vĂȘtements et leurs sacs Ă  main pour les garder en lieu sĂ»r, et des Ă©tudiants costauds ont aidĂ© Ă  soulever les quatre mĂšres portant des t-shirts sans soutien-gorge dans le bar. Le barman a allumĂ© les lumiĂšres de la maison et a distribuĂ© des pichets d’eau et quelques gros pistolets Ă  eau, Ă  certains des gars. Les Ă©tudiants ivres arrosaient bientĂŽt les quatre femmes d’eau froide, et le barman continuait de remplir les fusils et les pichets. Les femmes ont criĂ© et ont levĂ© les mains pour protĂ©ger leurs cheveux et leur maquillage. BientĂŽt les quatre filles furent trempĂ©es de l’Ă©paule aux genoux.

Show live de matures qui jouent les Girls Gone Wild

La foule a commencĂ© Ă  applaudir dĂšs que nos 4 matures en chaleur ont Ă©tĂ© aspergĂ©es, et alors que Françoise et Mathilde ont commencĂ© Ă  danser sur la musique, les garçons ont commencĂ© Ă  crier davantage. Les t-shirts ont Ă©tĂ© achetĂ©s spĂ©cifiquement pour les concours de t-shirts mouillĂ©s et sont devenus transparents dĂšs qu’ils Ă©taient mouillĂ©s. Celui de Françoise s’accrochait fermement Ă  ses gros seins, ses arĂ©oles roses clairement visibles, ses mamelons froids et durs comme du roc. Françoise leva les mains en l’air et monta sa poitrine dans tous les sens, faisant sauter ses seins de haut en bas. Mathilde, toujours vĂȘtue de ses lunettes, avait dĂ©chirĂ© son t-shirt au niveau du cou, jusqu’au dĂ©colletĂ©, et attachĂ© la taille, montrant son ventre nu, et alors qu’elle dansait, ses seins sautaient de haut en bas. Ses seins, des versions plus petites et plus fermes de Françoise, Ă©taient Ă©galement exposĂ©s dans son t-shirt transparent. On se serait cru dans une video qui aurait pour titre « Girls Gone Wild … 25 ans aprĂšs que sont-elles devenues ? »

VĂ©ronique a Ă©galement commencĂ© Ă  danser sur la musique. Ses seins Ă©taient les plus petits, mais ses mamelons dĂ©passaient presque aussi loin que ses seins, et elle remuait davantage ses hanches pour attirer l’attention. Les miches de Murielle n’Ă©taient pas seulement les plus grosses, mais ses mamelons Ă©taient larges et sombres, et pouvaient ĂȘtre vues clairement de l’autre cĂŽtĂ© de la piĂšce. En fait, ses arĂ©oles Ă©taient aussi grosses que les seins entiers de VĂ©ronique. Murielle Ă©tait la danseuse la moins bruyante, mais ses seins s’affaissaient bien et oscillaient d’avant en arriĂšre. Étant la plus grande, son t-shirt Ă©tait le plus serrĂ© et ses seins pendaient sur les cĂŽtĂ©s et le haut de la chemise.

Les femmes regardaient la grande foule de jeunots souriants et hurlants, accordant aux femmes mariĂ©es depuis trop longtemps une attention sexuelle comme elles n’en avaient jamais eue auparavant. Chaque femme avait une poignĂ©e de garçons debout juste en dessous d’elle, lui accordant une attention personnelle. Chaque femme Ă  son tour se pencha et secoua sa poitrine pour sa foule personnelle.

Entendre les garçons crier: « Plus ! »et » EnlĂšve-le ! »encouragez-les davantage. Étant un peu mal Ă  l’aise dans un jean bleu mouillĂ© de toute façon, Françoise et Mathilde ont toutes les deux commencĂ© Ă  dĂ©tacher et Ă  relĂącher le leur, et les ont lentement tirĂ©es vers le bas, taquinant les garçons tout le long. BientĂŽt Mathilde dansait dans sa culotte en soie lavande affichant ses mollets et ses cuisses lisses, et Françoise arborait une culotte en coton rouge avec une ceinture blanche, ses cuisses lĂ©gĂšrement plus charnues tremblant. Murielle et VĂ©ronique, celles avec les plus belles jambes, ont suivi. VĂ©ronique a montrĂ© une culotte rose serrĂ©e, soutenue par de magnifiques mollets et cuisses qui Ă©taient durs comme du roc aprĂšs des annĂ©es de course et d’exercice. Murielle Ă©tait la seule femme Ă  porter une culotte en coton blanc uni. Mais sa culotte Ă©tait serrĂ©e sur son entrejambe, et alors que les filles continuaient Ă  ĂȘtre trempĂ©es d’eau, sa culotte est devenue presque aussi transparente que son t-shirt, et un « V » sombre est apparu alors que ses poils pubiens pouvaient ĂȘtre vus Ă  travers la culotte mouillĂ©e. Murielle dansait avec ses poils pubiens foncĂ©s assortis Ă  ses arĂ©oles sombres, ses longues cuisses tremblantes, ses gros seins qui tremblaient.

Aucune des filles n’a remarquĂ© que Philippe avait sa camĂ©ra en marche, filmant chaque partie du strip-tease des femmes mariĂ©es. Son appareil photo a suivi chacune d’elles, zoomant de prĂšs sur leurs seins tremblants.

Le t-shirt de Mathilde, qu’elle avait dĂ©chirĂ©e, montrait de plus en plus sa belle poitrine. Encore une fois avec les encouragements de la foule, elle l’a abaissĂ© davantage et a laissĂ© son mamelon droit sortir. Françoise a vu ce qu’elle faisait, et Françoise a commencĂ© Ă  remonter le sien, dĂ©couvrant son ventre et donnant un aperçu de ses nichons. Kim a concouru en tirant son t-shirt vers le haut, par-dessus ses lunettes, et complĂštement, Ă  l’approbation de la foule. Françoise a rĂ©pondu au dĂ©fi et a retirĂ© son t-shirt complĂštement au-dessus de sa tĂȘte. Les acclamations les plus bruyantes ont saluĂ© les miches lourdes et pĂąles de Françoise, coiffĂ©s d’une arĂ©ole rose. Françoise et Kim Ă©cartĂšrent les jambes, pliĂšrent les genoux et secouĂšrent sauvagement leurs seins pour les garçons souriants.

VĂ©ronique et Murielle gardaient toujours leurs hauts, mais Françoise et Mathilde leur ont criĂ© dessus pour les enlever. VĂ©ronique cĂ©da et, avec un sourire timide, croisa les bras, attrapa l’ourlet de son t-shirt et la souleva. La rĂ©ponse de la foule n’Ă©tait pas aussi forte que celle de Françoise, mais la foule applaudissait toujours et regardait ses petits seins blancs. Ses mamelons rose foncĂ© Ă©taient dressĂ©s et longs et pointaient vers l’extĂ©rieur.

Françoise et Mathilde se sont approchĂ©s de Murielle et ont commencĂ© Ă  remonter son t-shirt. Finalement, Murielle les a repoussĂ©s et a commencĂ© Ă  remonter son t-shirt toute seule. La foule a de nouveau Ă©clatĂ© alors que les grosses balloches de la femme pulpeuse mature tombaient de son t-shirt et dansaient, apparemment de leur propre chef. Ses lourdes mamelles Ă©taient blanc laiteux mais surmontĂ©es de ses grandes arĂ©oles sombres. Avec des encouragements et des encouragements plus grossiers de la part des garçons en dessous d’elle, Murielle a rebondi sauvagement, faisant voler ses mamelles de haut en bas, et dansant d’un cĂŽtĂ© Ă  l’autre, parfois Ă  l’unisson les uns avec les autres, parfois en se sĂ©parant. Comme les trois autres Ă©pouses, elle ne pouvait pas rĂ©primer le grand sourire sur son visage.

Mathilde tourna le dos Ă  la foule et leur secoua son gros cul en twerk. Avec plus d’encouragements de la foule, elle a remontĂ© sa culotte et l’a serrĂ©e dans sa fente, donnant l’impression qu’elle portait un string. La foule a applaudi alors que ses joues blanches nues tremblaient et ondulaient. Elle a de nouveau fait face Ă  la foule, a tirĂ© sa culotte Ă  l’intĂ©rieur des lĂšvres de sa chatte et a exposĂ© une grande tache de poils de chatte blond foncĂ©.

VĂ©ronique, gĂ©nĂ©ralement considĂ©rĂ©e comme la plus timide du groupe, ne pouvait rivaliser avec les gros seins des autres filles. Alors elle se retourna et secoua son cul vĂȘtu d’une culotte Ă  la foule. Elle a entendu plus d’appels Ă  « l’ĂŽter » et a accrochĂ© ses pouces Ă  sa ceinture. Notre MILF de plus en plus chaude les tira lentement vers le bas, exposant Ă  peine le haut de sa fissure au dĂ©but. Avec plus de cris, la coquine exhib les baissa tout le long de ses cuisses. Alors que VĂ©ronique se penchait pour retirer sa culotte de ses pieds, elle a montrĂ© sa chatte poilue d’un brun foncĂ© entre ses jambes. Elle se leva, se coucha et secoua son cul nu ferme mais toujours tremblant.

Mathilde, Françoise et Murielle ont rapidement baissĂ© leur culotte respective. Françoise a exposĂ© un large et Ă©pais triangle blond de poils pubiens. Celui de Murielle Ă©tait tout aussi sauvage et Ă©pais, mais de couleur brune. Ces mamans n’avaient pas de coupe de bikini. VĂ©ronique se retourna et laissa la foule voir les poils de sa chatte, une tache brun foncĂ© complĂšte, mais elle avait l’air un peu plus soignĂ©e que les autres, donnant l’impression qu’elle avait Ă©tĂ© chez le coiffeur pour chatte.

Les quatre matures en chaleur dansaient nues, Ă  l’exception des boucles d’oreilles, des colliers, des alliances et des lunettes de Mathilde. Dans la pĂ©nombre et le bar enfumĂ©, les jeunes hommes pardonnaient clairement les imperfections physiques de la maman chaude. De loin, les secousses et les oscillations supplĂ©mentaires que leur chair ont convaincu les jeunes mecs que les matures Ă©taient encore dans le coup. Les femmes s’attrapaient les seins les unes des autres, chopaient leurs chattes dans les culs des autres, s’accroupissaient et se rĂ©pandaient pour les garçons, elles passaient un super moment Ă©rotique.

Lorsque la fatigue a commencĂ© Ă  s’installer, les femmes sont descendues du bar et ont commencĂ© Ă  chercher leurs vĂȘtements. Alors qu’elles remontaient leurs jeans encore mouillĂ©s et enfilaient leurs soutiens-gorge et leurs t-shirts, un certain nombre de Ă©tudiants se tenaient la main et attrapaient leurs seins, et les femmes montraient parfois leur poitrine pour se faire malaxer, mais les arrĂȘtaient quand y avaient trop de mains .

Les femmes sont restĂ©es dans le bar pendant un moment, embrassant certains des garçons les plus chauds, et les laissant les peloter, leur mettre un doigt dans la chatte Ă  travers leur jean, dans des coins sombres. Les femmes continuaient Ă  boire les boissons fournies par les Ă©tudiants ainsi que Laurent, qui gardait un Ɠil sur ses nouvelles stars de la vidĂ©o.

Une soirée qui peut virer au gang bang public !!!!

Des centaines de jeunes Ă©taient descendus dans la rue pour cĂ©lĂ©brer la victoire de leur Ă©quipe. Les femmes se sont frayĂ©es un chemin Ă  l’extĂ©rieur. Presque tout le pĂątĂ© de maisons de la ville Ă©tait bondĂ© d’Ă©tudiants criant et en buvant, pour la plupart des mecs. Françoise a conduit les autres femmes Ă  quelques mĂštres dans la foule, et les a rejointes en hurlant et en cĂ©lĂ©brant. Les femmes ont senti quelques mains Ă©garĂ©es leur touchaient leurs culs et leurs seins, mais ont surtout apprĂ©ciĂ© les lĂ©gers effleurements. Certains des garçons qui les ont reconnus dans leur danse nue ont commencĂ© Ă  leur parler. BientĂŽt, chacune des femmes s’est retrouvĂ©e entourĂ©e de deux ou plusieurs Ă©tudiants leur accordant une attention individuelle, les regardant et les touchant et les tĂątant.

L’un des « prĂ©tendants » de Françoise a suggĂ©rĂ© Ă  Françoise de montrer sa poitrine Ă  la foule. Françoise a apprĂ©ciĂ© l’idĂ©e et a incitĂ© Ă  ses trois anciennes camarades de classe de faire de mĂȘme. Les Ă©tudiants autour d’eux entendirent parler d’exhib de seins et ont commencĂ© Ă  applaudir et encourager les mature. Françoise a grimpĂ© sur les Ă©paules de son « prĂ©tendant« , ce qui n’est pas une mince affaire pour une femme ivre. Une fois sur ses Ă©paules, au-dessus de la foule, les garçons les plus proches ont scandĂ©: « Seins, seins, seins ! »et « Montre-nous tes seins! » Des centaines d’autres garçons ont regardĂ© en direction de Françoise et se sont joints aux acclamations.

Françoise regarda la foule et se rendit compte qu’elle Ă©tait le centre d’attention Ă  perte de vue. Elle croisa les bras, attrapa l’ourlet de son pull et le releva pour rĂ©vĂ©ler son ventre. Elle attrapa ses bonnets de soutien-gorge avec son pull retroussĂ© et se leva. Les seins de Françoise sont tombĂ©s de leurs refuges, et elle a tenu son pull sous ses aisselles alors que des milliers de garçons en liesse regardaient les seins nus de l’enseignante souriante. Françoise a adorĂ© la s’exhiber, c’Ă©tait comme un gang bang gĂ©ant …juste sans pĂ©nĂ©tration.

Laurent et Philippe avaient suivi les femmes dans la rue, et dĂšs que Françoise est montĂ© sur l’Ă©paule du garçon, Philippe a commencĂ© Ă  filmer Françoise. Heureusement, les filles Ă©taient sous un lampadaire, et Philippe a pu se mettre en bonne position pour enregistrer le dernier flash de Françoise.
Ca a Ă©tĂ© mĂ©morable pour les 4 copines qui ne s’imaginaient pas qu’une simple sortie entre copines auraient pu les emmener si loin. Le dĂ©lire Ă©tait total mais la soirĂ©e ne s’arrĂȘta pas lĂ  puisque Françoise proposa Ă  4 mecs de les rejoindre aprĂšs la soirĂ©e, dans leur chambre d’hĂŽtel. Pour ce qui fut une nuit de folie, les quatre matures en chaleur purent se lĂącher, en totale adultĂšre d’un soir. Elles se firent baiser jusqu’au petit matin.

Le rendez-vous devint annuel et c’Ă©tait leur petit secret Ă  elles.

A propos de cette mature : | |

Crée ton profil pour un plan cul